z01

Un film de Sydney Pollack (1986 - USA) avec Meryl Streep, Robert Redford, Klaus Maria Brandauer, Malick Bowens, Michael Gough, Michael Kitchen

Follement romanesque !

L'histoire : Années 1910. Karen est danoise, encore célibataire à un âge "avancé" pour la société d'alors, ce qui est fort mal vu. Son amant refuse de l'épouser et, mortifiée, elle propose carrément au frère de celui-ci un arrangement qui lui éviterait de devenir la vieille fille pauvre de service : ils devraient se marier, elle aurait un statut, de la fortune ; il aurait lui-même une situation plus respectacle que celle de séducteur invétéré ; et ils pourraient ensemble aller s'installer en Afrique, un rêve qu'ils caressent tous les deux. Là-bas, ils plantent des caféiers mais Karen se retrouve rapidement seule à gérer le domaine, son mari préférant la chasse... Fière, indépendante, la responsabilité de cette ferme et de ses employés ne l'effraien pas et elle va par ailleurs rencontrer l'amour de sa vie, Denys, un aventurier épris de liberté.

z03

Mon avis : Le genre de film que j'adore, comme toutes les filles, je suppose ! Les costumes, les aventures en pays étranger, l'amooûûr... Je m'identifie tout particulièrement parce que j'aurais adoré vivre au XIXe (ça se passe au tout début du XXe, mais bon...) et que j'ai l'âme voyageuse. Si j'avais pu, j'aurais aimé partir vivre ailleurs. Encore aujourd'hui ça me titille... New York, Rome, Marrakech, Prague ?

Ce film est une merveille, avec une belle histoire, une héroïne indépendante et libre d'esprit, des événements personnels et des événements historiques, une maison trop trop bien et des paysages à couper le souffler, à vous donner envie de faire votre valise immédiatement. Un grand souffle épique comme Autant en emporte le vent, Le patient anglais, ou encore Le docteur Jivago, et quelques autres... Mais qui n'est pas sans intérêt intellectuel : les discussions entre Karen et Denys sur la liberté et ses limites, quand elle devient entrave ou bien profite de celle de l'autre ; le colonialisme et le racisme ; l'éducation comme vecteur d'espoir...

z04

Meryl Streep ne faisait pas encore sa Meryl, et ces agaçantes petites mimiques de ces dernières années. Elle est belle, juste, intense, simple, sobre, magnifique. Robert, lui, ah Robert ! Il est juste IRRESISTIBLE, au sommet de sa splendeur. A tomber à la renverse (ah la scène du shampooing...).

Un film à voir et revoir pour rêver encore et encore d'une autre vie, même si tout n'est pas rose, y compris dans ces vies rêvées ! Du grand, du beau cinéma, qui ne prend pas une ride. Le film a remporté treize récompenses de par le monde.

z02

L'oeuvre de Pollack est adapté d'une histoire vraie, racontés par Karen Blixen dans J'avais une ferme en Afrique.

L'anecdote people : une courte apparition d'Iman, aujourd'hui Mme Bowie, dans le rôle de la maîtresse de Berkeley, l'ami de Denys.

z05